suite du carnaval..

En Rép Dom, le carnaval revêt différentes formes selon la ville où il se déroule. Celui de la Vega est mondialement connu.
D’après certains historiens, les premières manifestations de carnaval dans l’île eurent lieu en février 1520, à l’occasion de la visite de Don Fray Bartolomé de las Casas sur les ruines actuelles de La Vega. On dit que les habitants de la Vega Vieja se déguisaient en maures et en chrétiens et organisaient des fêtes qui sont à l’origine des célébrations d’aujourd’hui.

Pendant des années, le carnaval resta une expression principalement hispanique, symbolisée par une théâtralisation expressive, la danse des rubans et ses Diablos Cojuelos (Les Diables Boîteux), habillés simplement de couleur rouge, jaune, verte avec des masques représentant le diable médiéval, à figure humaine et méphistophélique, avec ses deux cornes frontales classiques, ses grandes oreilles et sa bouche ouverte découvrant ses dents, entourée d’une barbe de cuir plus tardivement.

Chaque dimanche du mois de février dans la soirée, les Diablos Cojuelos sortent dans la rue armés de vessie de taureau, frappant tout ceux qui osent descendre dans la rue mais respectant ceux qui restent sur le trottoir ou sur le bord de la chaussée.. C’est également dans ce parc que les festivités s’achèvent avec un défilé de plus de 80 groupes de carnavaliers. A l’aspect très pittoresque, hérité de son passé de colonie, s’est ajoutée une influence « afro » apportée par les migrations cubaines et les populations des quartiers populaires de la Vega. Actuellement, le carnaval de La Vega est l’événement culturel le plus important de cette ville qui porte le nom de la vallée fertile qui la fait vivre.

Je vous mets quelques photos de costumes pris le lendemain de la manifestation : ils sont à vendre dans les villes environnantes.

http://www.el-bohio.com/carnaval05b/photos/carnaval05b14.jpg

Máscara 5 en Carnaval de La Vega

      

 

Le carnaval de Saint Domigue a des costumes différents et plus traditionnel dans le pays. Le personnage le plus populaire du Carnaval dominicain est le Diablo cojuelo (Diable boiteux), appelé ainsi à Vega, alors qu'on l'appelle macarao à Salceda et Bonao, et lechon (cochon de lait) à Santiago de los Caballeros. Les lechones sont des personnages masculins vêtus d'amples vêtements multicolores, sur lesquels scintillent des fausses pierres précieuses et des petits miroirs. Le gros ceinturon en forme de longaniza (longue et grosse saucisse) qui leur serre le thorax des aisselles aux hanches ne doit faciliter ni l'aération ni la respiration du danseur. Les lechones joyaderos (porteurs de joyaux - ou originaires du village de La Joya ?) sont plus richement vêtus, et couverts de grelots. Le masque des lechones, assez effrayant, est une tête de canard ressemblant à celle de Donald Duck (son bec plat largement fendu a le mérite de laisser respirer le personnage pendant ses danses frénétiques), surmontée d'une paire de grandes cornes prélevées sur un zébu, bovidé employé à tirer les chars de canne-à-sucre. Les lechones joyaderos ont des cornes recouvertes d'excroissances coralliformes. Tous se démènent, sautent, font claquer leur fouet, et dansent autour des personnages féminins, les robalagallinas. Autrefois ils agitaient et frappaient autour d'eux dans l'assistance avec une vessie contenant un fœtus de porcelet, comme les masques de Carnaval européens qui, avant de jeter des fruits confits (confetti) ou des fleurs répandaient autour d'eux sang, moût de vinasse et excréments... (source Wikipédia).

Les photos suivantes ont été prises au musée de Santiago où il y avait une exposition des plus beaux masques de carnaval (los lechones).

attention ceux-ci ont des jambes :           

 

Mais les plus beaux restent quand même mes amours :

carnaval de la Vega Saint Domingue